Le réseau des acteurs
de l'économie humaine.
S'inscrire
 
Se souvenir de moi
 
 
Retrouvez l'actualité de l'économie humaine.
 
 
 
 
 
 
 
 

Article publié le 04/07/12 par MyCoop

Que la force du « CO » soit avec nous !

[ECOLO INFO]

Totalement immergée dans un mode de vie écologique, je traque sans relâche dans le quotidien les initiatives et les leviers permettant de changer les comportements et bouger les lignes.

Nous sommes particulièrement fiers à Ecolo Info de vous présenter aujourd’hui un livre pas comme les autres.
D’abord, parce que ses co-auteurs ont su détecter un mouvement de fond qui tend à émerger dans notre société hyper connectée. Covoiturage, autopartage, couchsurfing, financement participatif, cocréation entre ONG et entreprises, collaboration radicale… Un vaste mouvement dont ils font une analyse et une description détaillées en partageant un enthousiasme sur les solutions à apporter aux crises de notre société.
Un livre pas comme les autres, surtout, parce qu’écrit à quatre mains par deux membres de notre équipe, Anne-Sophie Novel, la maman d’Ecolo Info, et Stéphane Riot, l’un de nos rédacteurs.

Vers une nouvelle ère du développement durable

Depuis la sortie de leur ouvrage au mois de mai, Anne-Sophie et Stéphane ont déjà commencé à instiller la Corévolution un peu partout en France, de Paris à Nantes en passant par Bordeaux, là où est née l’idée du  livre et où j’ai pu les interroger lors de leur passage à la Machine à Lire.
Pour commencer, Stéphane rappelle que cette corévolution s’enracine sur quatre fondamentaux puissants :

    Nous sommes tous connectés, via les réseaux sociaux (facebook, twitter), internet, les téléphones mobiles… Nous sommes à la fois émetteurs et récepteurs et toujours inter-reliés.

    Nous sommes tous concernés. Lors de la sinistre journée du 11 mars 2011, l’annonce du tremblement de terre et du tsunami au Japon, avec les dramatiques conséquences sur la centrale nucléaire de Fukushima, a fait le tour de la planète dans l’heure.

    Nous sommes tous reliés dans le système D : en raison de la crise financière et économique, nous avons l’obligation de reconsidérer notre conception de la croissance et du bien-être.

    Nous sommes tous mobilisés. Des révolutions des printemps arabes/érable au succès du livre Indignez-vous de Stéphane Hessel, l’élan de révolte citoyenne s’est diffusé à toute allure autour de la planète, montrant que les choses ne sont jamais immuables.

Pour Anne-Sophie, « le « Co » propose de nouvelles réponses aux enjeux du développement durable. L’ère des solutions, c’est maintenant ! Parce qu’il faut impérativement accélérer la mise en place d’actions concrètes« .
On touche là aux effets collatéraux de la Corévolution : même si les leviers principaux sont essentiellement économiques, le développement de l’économie collaborative contribuera positivement au développement durable, en recréant des liens sociaux, redéfinissant de nouvelles manières de consommer, d’être ensemble…
Moment de concentration en attendant l’arrivée du public et derniers petits ajustements !

Une émergence qui s’accompagne d’un changement sémantique, le monde du « co » regorge de nouveaux mots, parfois valises, parfois empruntés à l’anglais : il est question au détour des pages « d’open source », de B2B, de « crowd », de « WeEconomy », de « coopétition »,  »d’économie de la fonctionnalité » ou « d’économie circulaire », de collaboration radicale, de co-management, etc.

N’ayez crainte, tout est clairement expliqué, devient limpide et évident !

Mémento à l’usage du futur corévolutionnaire

Comment devenir corévolutionnaire ? Telle est la question qui nous taraude à ce stade. Le plus simple consiste à plonger dans l’ouvrage.
Anne-Sophie aime à parler du « terreau fertile" dans lequel s’enracine la « consommation collaborative« . Elle a recensé pour nous quantité de sites permettant de louer, troquer, échanger… Un ensemble de services qui émergent depuis un an ou deux et traduisent l’essor d’une nouvelle convivialité qui s’appuie et se développe sur le net.

On apprécie d’ailleurs énormément le récapitulatif proposé à la fin du premier chapitre répertoriant des dizaines d’initiatives, véritable couteau suisse de la corévolution au quotidien.

Cette nouvelle « économie du je-nous (!) » illustre un réel changement de paradigme, toutefois difficile d’en mesurer les bénéfices environnementaux puisque nous sommes encore dans cette phase d’émergence de la corévolution.

On peut d’ores et déjà noter que ces changements dans les manières de consommer se prolongent aussi dans nos modes d’action et de le militantisme. Ces changements impactent les ONG et les entreprises car la société civile peut agir beaucoup plus vite qu’avant (exemple d’Avaaz). « On tend de moins en moins à être dans une posture de dénonciation mais davantage dans un partenariat entre ONG et entreprises. Le buycott tend à remplacer le boycott » résume Anne-Sophie.

Chose nouvelle : les entreprises traditionnellement concurrentes apprennent à travailler ensemble. On parle alors de « collaboration radicale » ou de « coopétition« . Anne-Sophie et Stéphane ont d’ailleurs relevé de nombreux exemples montrant à quel point les conflits inter-entreprises coûtent cher, d’où l’intérêt pour elles  d’abandonner les logiques compétitives pour intégrer de nouvelles logiques de collaboration.

Mais ces changements se diffusent aussi à l’intérieur des organisations ! Stéphane, spécialiste de la question, aborde alors le côté cognitif et comportemental des processus qui sont en train de se mettre en place. Le management devient plus latéral, l’obligation de changer est impérative et le manager doit devenir un « facilitateur » : ce dernier doit développer une intelligence émotionnelle et empathique, à la manière de ce que propose Jeremy Rifkin.
« La corévolution, insiste Stéphane, redéfinit les façons d’être ensemble dans les entreprises« . De fait, elle tend vers l’organique et se rapproche des logiques observées dans la Nature, où la collaboration est de mise. L’entreprise redevient alors bio-logique.

Arrivés au terme de leur présentation, Anne-Sophie tempère : « le collaboratif ne règlera pas tout, et la compétition stimulera toujours la créativité. Il est juste nécessaire d’atténuer les logiques compétitives encore toujours trop présentes dans notre vie quotidienne« .
Nos deux co-auteurs concluent : « On a fait une photo de ce qui marche aujourd’hui, mais c’est en évolution constante« .  Une (r)évolution qui pose beaucoup de questions, au niveau réglementaire notamment : de nouveaux statuts vont devoir être définis, de nouvelles législations mises au point. Il est aussi fondamental de veiller à la confiance développée entre les différents acteurs. Quels seront les nouveaux business models ? La Corévolution ne définit-elle de nouveaux indices de richesse ?

Forts de ces mises en garde, il n’y a plus qu’à la faire, la corévolution : « let’s co !! »

++ Les bons liens ++
Acheter Vive la corévolution !
Le site de la corévolution
La page Facebook
Le Twitter : @LeCoLab

Source : http://www.ecoloinfo.com/2012/06/21/co-la-formule-magique-de-la-corevolution/
CC 


 

Commentaires

Aucun commentaire.